One day, one player: Sylvain Giet

Nom : Giet
Prénom : Sylvain
Surnom : Papy Sly
Date de naissance : 09.02.1980, cela explique mon surnom.
Profession : sous-directeur RH d’une banque privée genevoise.

Club actuel : HC 3 Chênes (3ème ligue)
Club précédent : GSHC II (1ère ligue)
Ton numéro et pourquoi l’as-tu choisi : le 23, par rapport à Michael Jordan, et c’est le jour de naissance de ma filleule.
Ton meilleur souvenir sportif :  la promotion en 1ère ligue avec GSII en 2012. Les 16èmes de finale de la Swiss Cup avec GSII contre Ticino Rockets (Swiss League) en 2017. Plus jeune, les Championnats d’Europe U18 de 1998, et les Pee-Wee 1994.
Le pire : quand mon club formateur ne m’a pas conservé dans le contingent en 2007, et les périodes de blessures.
Ta plus grosse boulette pendant un match :  
-relance plein slot et goal, la boulette classique du défenseur.
-un goal contre mon camp il y a très longtemps.

Ton point fort : mon figthing spirit.
Ton point faible : mon figthing spirit aussi.
Qu’est-ce qui te plaît le plus au hockey : la vitesse, la glisse, la camaraderie, et cet engagement qui ne laisse pas de place à la triche.
Qu’est-ce que tu aimes le moins : je déteste vider mon équipement trempé de mon sac après des heures de car.
Ton rituel d’avant-match : Carmol + Perskindol = la base de la longévité. Je suis accroc à ces moments de vestiaire d’avant match, c’est une atmosphère.

Qu’est-ce que le hockey a de plus que les autres sports n’ont pas : le snus hahaha. Le hockey implique un dévouement et un sacrifice inégalables de chacun pour les autres, avec des valeurs et des règles induites qu’aucun autre sport ne procure. C’est indescriptible. Sur la glace ou dans la vie, si je dois affronter le pire avec certains de mes coéquipiers devenus mes amis, j’y vais les yeux fermés.
Ton rêve sportif : je ne suis pas gourmand… Scorer en overtime le winning goal pour le 1er titre du GSHC et faire trembler les Vernets jusqu’à la ruine.
Personnalité que tu admires le plus :
j’ai toujours admiré Patrick Swayze (Dirty Dancing, Youngblood). Il savait jouer au hockey, surfer, se battre, chanter et danser. Le Boss !!

Cite-moi un club :  Genève-Servette.
Un entraîneur :
-pour qui j’aurais aimé jouer : Pat Émond, un mec extra, du plaisir, des résultats et j’aime comme il implique les jeunes.
-pour qui j’ai joué : Simon Saint-Hilaire, car c’est avec lui et l’équipe qu’il a construite que j’ai connu mes meilleures moments de hockey.
Un joueur: 
-que j’adore : Patrick Kane, le magicien du hockey.
-avec qui j’ai joué : Laurent Meunier, depuis tout jeune, super bon esprit, un exemple d’abnégation, de talent, de travail, sur et hors glace.

La patinoire que tu aimes le plus :
-la plus belle, la Vaudoise Arena (Lausanne), un bijou cette patinoire.
-où j’ai joué : Graben (Sierre) et Ile Lacroix (Rouen), deux arènes avec des publics nombreux, passionnés et ultra chauds.
-la petite des Vernets, « la Doudou Arena » (Michel Dumtschin). Elle est ghetto cette rink, mais c’est le chaudron, en général ceux qui y viennent y souffrent.
Le moins :  Saastal. 4 heures de car, 1600 m d’altitude, un champ, quatre bandes, pas de toit, 1m de neige, -15 degrés, un baraquement pour vestiaire, un public imbibé de gnôle = l’enfer du mardi soir.
Ton geste pour la planète : le meilleur moyen de la nettoyer, c’est de ne pas la salir. ABE ! Circuits courts, tri et mobilité douce.
Décris-toi en trois mots : passionné, empathique, engagé.
A qui veux-tu que j’envoie ce questionnaire : à un super joueur et un mec que j’adore, Jason Berney du HC Vallée de Joux.

Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email